Expositions en 2012

La vague japoniste. Les peintres en Bretagne

La vague japoniste. Les peintres en Bretagne. Exposition du 10 juillet au 4 novembre 2012 - Agrandir l'image, .PNG 0.9Mo (fenêtre modale)
La vague japoniste. Les peintres en Bretagne. Exposition du 10 juillet au 4 novembre 2012

Du 10 juillet au 4 novembre 2012

Présentée dans le cadre de Bretagne-Japon 2012, cette exposition nous plonge dans la vogue japonaise, à l’époque de l’ouverture du Japon au monde occidental.

La découverte de l’art japonais par les Occidentaux, à travers la diffusion des estampes de l’ukiyo-e (« images du monde flottant »), pousse les peintres à renouveler leurs représentations de la nature, transformant les cadrages et exaltant les couleurs. Inspirés par le japonisme, certains séjournent en Bretagne, où la mer devient leur sujet de prédilection.

Des échos impressionnistes aux leçons de Pont-Aven, en passant par l’héritage du paysage classique, l’exposition rassemble les plus belles œuvres des peintres qui ont montré la Bretagne sous l’angle japonisant (Georges Lacombe, Émile Bernard, Paul Sérusier, Maurice Denis, Émile Jourdan, Jean-Francis Auburtin, Henri Rivière, Henry Moret, Maxime Maufra, René Quillivic), mises en regard de celles des artistes de l’estampe japonaise (Hiroshige, Hokusai, Kuniyoshi).  

Brest-Japon. Trésors des collections du musée

Brest-Japon. Trésors des collections du musée. Exposition du 28 mars au 17 juin 2012. - Agrandir l'image, .PNG 717Ko (fenêtre modale)
Brest-Japon. Trésors des collections du musée. Exposition du 28 mars au 17 juin 2012.

Du 28 mars au 17 juin 2012

Dans le cadre de la manifestation Bretagne-Japon 2012, le musée des beaux-arts de Brest propose une première exposition, autour de ses collections japonaises.

Dès le 19e siècle, des marins rapportent en France, et plus particulièrement en Bretagne, des objets témoignant d’un extraordinaire engouement pour l’art japonais. Certains proviennent de marins comme le Vice-amiral Cécille, son gendre le commissaire de marine Danguillecourt, ou l’officier de marine Layrle ; d’autres ont été déposés en 1924 par le musée naval du Louvre, au moment de sa fusion avec le musée de la Marine. Évacuées au château de Penmarc’h avant les bombardements qui ont touché la ville de Brest en juin 1941, ces collections ont miraculeusement échappé à la destruction du musée.

L’exposition présente plus d’une centaine d’objets (parmi lesquels une armure de samouraï, des objets en laque, des okimonos et netsukes, ou encore des estampes), illustrant la diversité et la richesse des collections japonaises du musée. Tous sont de précieux témoins de l’histoire maritime de Brest et de celle de son musée.

Lucas Manganelli. Visages

Lucas Manganelli, Visages, vidéo de 10 minutes en continu. © DR - Agrandir l'image, .PNG 250Ko (fenêtre modale)
Lucas Manganelli, Visages, vidéo de 10 minutes en continu. © DR

Exposition présentée au musée dans le cadre de DañsFabrik le festival de danse de Brest
Du 28 février au 3 mars 2012

Formé au cirque et au théâtre avant de rencontrer la danse contemporaine, Lucas Manganelli travaille depuis une dizaine d’années avec différents chorégraphes et metteurs en scène dont Julie Bérès, Olivia Granville, Christian Bourigault, Radhouane El Medeb… Il est à l’initiative de projets chorégraphiques qui s’ancrent dans une recherche autour de l’image inconsciente du corps, et de ses manifestations dans l’inconscient individuel et collectif. Il est aussi acupuncteur et pratique la médecine chinoise en cabinet.

Connaît-on ce qui compose une partie essentielle de notre identité, le visage ? Visages est un projet de recherche et d’écriture chorégraphique sur le faciès et la mobilité de ses expressions, de ses apparences qui tantôt nous échappent, tantôt nous protègent ou nous servent. Cette pièce pour trois interprètes est
composée pour un support vidéo, les visages présents sont cadrés et représentés.

Frédérique Lucien. Introspectives

Frédérique Lucien, Dessin, 2007, collection particulière, courtesy galerie Jean Fournier et Frédérique Lucien, ADAGP, Paris, 2011. Crédit photographique : Laurent Lecat. Graphisme : Thierry Dubreil - Agrandir l'image, .PNG 398Ko (fenêtre modale)
Frédérique Lucien, Dessin, 2007, collection particulière, courtesy galerie Jean Fournier et Frédérique Lucien, ADAGP, Paris, 2011. Crédit photographique : Laurent Lecat. Graphisme : Thierry Dubreil

Exposition présentée au musée et à l’artothèque
Du 30 novembre 2011 au 12 février 2012

Fondée sur l’observation de la nature, l’oeuvre de Frédérique Lucien (née en 1960 à Briançon) se développe autour de la pratique du dessin, entre figuration et abstraction. À travers une grande variété de supports, l’artiste interroge la ligne, le contour, l’incision et le fragment, opposant plein et vide, opacité et transparence, dans divers rapports d’échelles.

L’exposition porte un regard rétrospectif sur son travail des années 1990 à 2010, des séries des Pistils et des Formes à celles, plus récentes, des Xéranthèmes et des Galets. Elle met en exergue les thèmes liés à la Bretagne et à ses paysages marins, ses lignes et laisses de mer, ses rochers et ses horizons.

Exposition réalisée en partenariat avec le musée Zadkine à Paris, le musée des beaux-arts de Caen, le musée des beaux-arts – La Cohue, à Vannes et la galerie Jean Fournier, à Paris.

Dernière mise à jour le : 18 sept. 2018