L'oeuvre du mois

Lucien SIMON, Les lutteurs à mains plates, Penmarc'h

Mis en ligne le

Pour le mois de mars, Anne Noret, guide-conférencière au musée, partage avec vous son coup de cœur dans les collections du musée !

Lucien SIMON (1861-1945), Les lutteurs à mains plates, Penmarc'h, vers 1898, huile sur toile

Passionnée par les peintres de la Bretagne, j'apprécie tout particulièrement les œuvres de Lucien Simon. Amoureux du Pays bigouden, il achète le sémaphore de Sainte Marine en 1902, où il passe tous ses étés. Il peint des paysages, mais surtout des scènes de la vie quotidienne, prises sur le vif, en plein air ou dans des intérieurs. 

Cette œuvre représente une scène de lutte traditionnelle, souvent organisée à l'issue d'un pardon. Les paysans sont rassemblés en cercle autour d’un espace étroit, sablé pour le combat. Un couple de lutteurs, torse nu, s’affronte, tandis qu'un autre se prépare ou se rhabille, au premier plan.  Devant le mouton blanc (le « maout »), prix traditionnel d’une compétition, un vainqueur bombe le torse.  A l’arrière-plan, on distingue la Tour carrée et l'église de Saint-Guénolé en Penmarc’h, que le peintre a placés à sa guise sur le tableau, remaniant complètement le paysage.

J'admire le style particulier de Lucien Simon qui repose sur une construction solide, un dessin vigoureux, une palette contrastée, une touche vibrante, et surtout sur la spontanéité de la chose vue, autant de caractéristiques que l'on retrouve dans cette œuvre.