L'oeuvre du mois

André Raffray, Pennavouez en Saint-Nic

Mis en ligne le

Cette peinture d'André Raffray (1925-2010) vient de regagner les cimaises !

Né en 1925, venu à la carrière artistique par la photographie (le studio de ses parents) et surtout le cinéma qui est son métier (il dirige le service Animation de la Gaumont), André Raffray a produit une œuvre qui rend hommage inlassablement à l’histoire de l’art. Dès la fin des années 1970, il réalise une relecture des chefs-d’œuvre des maîtres qu’il admire (Gauguin, Cézanne…). Retrouvant les sites qui les ont inspirés, il s’en imprègne, les photographie et s’approprie le motif, réalisant des œuvres minutieuses, au prix de très longues heures d’exécution. André Raffray se mue dès lors en « peintre des peintures ».

Issue de la série des Fenêtres (entre 1973 et 1976), cette œuvre précède son travail de relecture de l’histoire de l’art. Il réalise cinq toiles empreintes d’hyperréalisme, un mouvement né à la fin des années 1960 aux États-Unis, caractérisé par une interprétation quasi photographique du réel.

Le processus de l’artiste est le suivant : il photographie le sujet du futur tableau, sélectionne ses diapositives, réalise de grands tirages puis les projette sur la toile qui devient écran pour fixer le cadrage définitif. Il dessine ensuite minutieusement sous projection chaque détail à la mine de plomb et indique les variations de tons et de teintes par des hachures qui seront pour lui plus tard autant de repères. Après ce repérage, André Raffray commence à réaliser sa toile, reconstruisant l’illusion du réel.